les prochains rendez-vous

 

 

 

 

 

philosophie du mouvement

demo s.a.(adhérer)

kontakt @ demo

 

1er mars
Marche du rail
De la gare de Biarritz (à 16h) à celle de Bayonne, par le chemin de fer.

 

A l’actif des Basques
une campagne de 2 ans dans les gares
16 actions pour expliquer les revendications
2 réunions avec les responsables de la SNCF
630 personnes lors de la manifestation de mars dernier.
100 signatures d’employés en faveur de la langue basque

Au passif de la SNCF
38 militants au commissariat
7 militants traduits en justice
9930€ d’amendes infligés aux auteurs des actions
14 personnes blessées emmenées aux urgences
0€ pour la langue basque

Une langue qui ne peut pas être utilisée dans les services publics est une langue condamnée à disparaître.


Nous allons faire la marche du rail, pour montrer que notre lutte ne cessera pas tant que l’usage de la langue basque ne sera pas étendu aux services publics.


L’on nous dit que cette marche que nous allons réaliser sur la voie de chemin de fer est illégale? Nous répondrons que nous ne pouvons respecter une législation qui n’accorde aucune reconnaissance officielle à la langue basque.
On enverra des dizaines de policiers contre nous? Sans violence, ni physique ni orale, nous marcherons en faveur de la langue basque.

Sécurité
Les employés de la SNCF nous ont certifié qu’à partir du moment où une personne se trouve sur la voie, le chef de gare est obligé de faire stopper tous les trains (ce qui est la moindre des choses!). Les responsables savent déjà que nous allons faire la marche du rail le 1er mars. Néanmoins, tant que durera celle-ci, des “veilleurs” seront postés dans les gares de Saint-Jean-de-Luz et de Bayonne, en contact direct avec les marcheurs.

Bus de Baiona à Miarritze:
STAB: ligne 2, mairie de Baiona, toutes les 15mn (trajet de 45mn)
ATCRB: place des Basques de Baiona, un bus à 14h30 (trajet de 15mn)
Bus de la mairie de Baiona à la gare de Miarritze:
STAB: 19.36; 19.56; 20.27; (trajet de 40 mn)

DEMO

 

COMMUNIQUÉ DEMO
Merci de publier ce communiqué,
en réponse aux accusations portées contre nous aujourd’hui
.

“Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage” dit l’adage. Certes, nous ne sommes les chiens de personne; néanmoins il semble que la tendance soit aujourd’hui à nous accuser de tous les maux pour tenter de nous décridibiliser aux yeux de la population.


Déjà lors du procès de quatre de nos militants le 17 décembre dernier, la Police nous avait attribué la responsabilité des violences survenues au tribunal. Les gens ont pu en juger au vu des images diffusées à la télévision... Aujourd’hui, voilà qu’on nous soupçonne d’avoir réalisé les repérages d’une évasion de la prison de La Santé lorsque nous sommes montés sur les murs de celle-ci, le 21 décembre dernier, dans le but de revendiquer le rapprochement des prisonniers politiques basques! Après une bonne demi-douzaine d’actions similaires réalisées par nous ou par nos amis de Zuzen, à Villepinte, Carthagène, La Santé ou à la Viilla Chagrin de Bayonne, c’est donc tout ce que la Police a bien pu trouver à nous reprocher...


Quel manque d’imagination pour une institution qui a tout-de-même réussi à imaginer l’affaire des Irlandais de Vincennes ou l’attentat contre le Rainbow Warrior! Comme nous ne sommes pas rancuniers, voici quelques idées en cadeau pour la nouvelle année: deux démos enchaînés il y a deux ans dans un bidon de 400 kg? Il s’agissait de repérages pour couler le Prestige, bien-sûr! De l’essence d’ail répandue à la Sous-Préfecture pour la faire évacuer?... Des armes de destruction massive livrées depuis à Saddam Hussein. La voiture renversée devant la prison de La Santé (déjà...)? Un test pour les attentats du 11 septembre. Il reste à espérer que la juge Le-Vert ne glisse pas dans sa douche dans les jours qui viennent, car on risquerait d’accuser les démos de repérages pour quelque action à son encontre.


Déjà ridiculisée par les diverses évasions rocambolesques de militants basques, il semble donc que la Police veuille donner le change en salissant notre dynamique de désobéissance civile. Que le ministère de l’intérieur et ses éminents enquêteurs se rendent donc compte que jamais l’opinion publique ne pourra avaler de telles énormités, car si l’on peut ne pas être d’accord avec les démos, personne ne doute du caractère non-violent de notre philosophie. En tous les cas, ce n’est certes pas cette pitoyable histoire qui nous empêchera de continuer à revendiquer le respect des droits des prisonniers basques, sur les murs de prison comme ailleurs.

 

le 20 décembre 2002 Communiqué de presse des Démo


Par ce communiqué, nous voulons dénoncer le montage policier dont ont été victimes les deux jeunes interpellés au cours du procès des Démo et des membres de Zuzen de mardi.

L'un a été condamné sous l'accusation de vol du talkie-walkie qu'un policier a perdu au niveau de la porte d'entrée du palais de justice. Il est pourtant innocent, il se trouvait dans la salle des pas perdus au moment des faits.

L'autre a été condamné pour violence contre policier. Il est pourtant lui aussi innocent. Il n'a en effet fait usage d'aucune violence envers la police. Il a par contre reçu de leur part plusieurs coups de poing à la figure et plusieurs coups de pied dans le dos.

Tout cela montre que nous sommes face à un véritable montage policier qui tente de justifier la violence que la police a déchaînée contre des manifestants qui étaient, comme tout le monde a pu le constater, non-violents.

Enfin, nous invitons tout le monde à participer au rassemblement organisé demain à 11h devant la gare SNCF de Bayonne par des journalistes, afin de dénoncer les évènements de mardi.

 

coin détente:

 

le 19 décembre 2002 Les deux jeunes interpellés mardi ont été condamnés....Il leur était reproché d'avoir violenté un policier et volé sa radio lors du procès des Démo

Après deux jours passés en garde-à-vue, les deux jeunes interpellés à l'occasion du tumultueux procès des Démo mardi, ont fait l'objet d'une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Bayonne hier. Ils ont été reconnus coupables, d'un vol de talkie walkie d'un policier, l'autre pour violences volontaires à l'égard du même policier.

A la barre , les deux jeunes ont nié les faits qui leur étaient reprochés. Face à eux, le policier blessé à affirmé que le premier lui aurait assené deux coups de poings dont le second aurait profité pour dérober la radio.(...)

"90% des termes de la plaidoirie concernaient le procès des Démo et non ce qui nous intéresse aujourd'hui", a répliqué la défense, avant de s'engager dans une reconstitution des faits ainsi conclue: "je ne crois pas une seconde à la déposition quasi minutée du policier. Ce dossier n'a rien de cohérent, sans compter que l'élément du vol n'existe pas". Le jeune accusé de vol a finalement écopé de 80h de travail d'intérêt général, l'autre de 120h .Le nomtant des dommages et intérêts sera fixé le 25 mars prochain.(ven.20 déc 2002 le jpb)

 

le 17 décembre 2002 gaz et coups de matraques au Tribunale

Les quatre militants des Démo et de Zuzen ont été condamnés à 1500 et 750 euro d'amende à l'issue d'un procès mouvementé et d'une expulsion manu militari des personnes présentes à l'audience.

Suite aux graves évènements ayant eu lieu au palais de justice de Bayonne, nous donnerons une conférence de presse mercredi 18 décembre à 15h devant la gare de Bayonne, en présence de personnes ayant été hospitalisées suite aux coups reçus par la police.

 

Les Démo montrent du doigt les élus de la majorité régionale

La SNCF et la présidente du tribunal sont également désignées comme responsables des événements de mardi

Les quatre membres des Démos et de Zuzen ont dénoncé hier la violente évacuation policiére qui a suivi leur procès de mardi. " Ces images sont inacceptables et impardonnables", a introduit Gorka Torre en faisant visionner aux journalistes les reportages ... montrant l'usage des gaz lacrymogènes et les coups portés au public présent à l'audience. "Elles montrent bien, contairement à ce que dit une radio ce matin, qu'on ne peut pas mettre au même niveau l'action des policiers et du public, celui-ci n'ayant pas du tout fait usage de la violence".

Les" responsables" . Les quatre jeunes jugés mardi pour avoir "volé une enseigne lumineuse de la gare de Bayonne" ont imputé la reesponsabilité de ces faits, tout d'abord à la SNCF. "elle nous envoie au tribunal en bafouant nos demandes légitimes" . Les élus basques de la majorité au Conseil régional, les socialistes Frantxu Maitia et Colette Capdevielle et le vert Jean Lissar, ont aussi été montrés du doigt. "Leur silence nous stupéfait", ont déclaré les Démo. "Eux aussi ont entre leur mains l'une des clés pour mettre fin à cette situation"...rappelant que la région a, parmi ses compétences, la gestion des trains régionaux. Enfin " la présidente du tribunal est aussi responsable des violences d'hier", ont ajouté les quatre jeunes. "Elle a ordonné l'expulsion et nous a refusé de parler en basque alors qu'elle pouvait tout à fait nous accorder ce droit".

Rassemblement samedi. Les membres des Démo et Zuzen ont appelé à participer au rassemblement organisé par les journalistes de la presse bascophone. Ceux-ci ont dénoncé "l'attitude violente et provocatrice de la police" ainsi que " le traitement qu'ont subi certains de nos confréres". " nous ne comprenons pas l'acharnement contre les Démo, ni le flagrant mépris montré durant le procès envers notre langue, l'euskara", ont-ils ajouté en appelant à se réunir samedi à 11h devant la gare de Bayonne

M.Lopepe (ven.20 déc 2002 le jpb)

 

 

tous au procès

à Bayonne

le 17 décembre à 2 h.

 

Les personnalités du monde culturel qui ont apportés leur soutien aux DEMO et ZUZEN

AIRE Henriette Olerkaria B. Nafarroa / ALFARO Gexan kultur eragile Lapurdi
ALKHAT Ernest Bertsularia B. Nafarroa / AMESTOY Koldo kondalaria B. Nafarroa
AMURIZA Xabier Bertsolaria Bizkaia / ARANA Anuntxi Idazlea Lapurdi
ARANBURU Miren Kantaria Lapurdi / ARBELBIDE Xipri Idazlea B. Nafarroa
ARISTI Pako Idazlea Gipuzkoa / ARKOTXA Aurelia Idazlea Lapurdi
ARREGI Manuel Euskal kulturzalea Gipuzkoa / ASURMENDI Mikel Idazle - Kasetalaria Lapurdi
BIDART Filipe Euskal Presoa B. Nafarroa / BIDEGAIN Benat Antzerkia Lapurdi
BIDEGAIN Eneko Idazle - Kasetalaria Lapurdi / BISCARY Thierry Kantaria B. Nafarroa .... BORDAGARAY Jojo Kantaria B. Nafarroa / CARRERE Pantxoa Kantaria Lapurdi
CARRERE Ramuntxo Kantaria Lapurdi / CASENAVE HARIGILE Junes Idazlea Xiberoa
CHARRITTON Piarres Euskaltzaina - Idazlea Lapurdi / COLINA Sustrai Bertsolaria Lapurdi
COUSTEAU Frantxua Antzerkia Lapurdi / COYOS Battittu Euskal kulturzalea Lapurdi
DAVANT J. Louis Euskaltzaina - Idazlea Xiberoa / DUHALDE Anje Kantaria Lapurdi
DURRUTY Dominique Euskal kulturzalea B. Nafarroa / ELEXPURU J. Martin Idazlea Gipuzkoa
ERDOZAINTZI Piarres Eskultorea B. Nafarroa / ERROTABEHERE Maialen Kantaria Lapurdi
ETXAMENDI Enaut Kantaria B. Nafarroa / ETXEBARNE Juje Su Azia Xiberoa
ETXEBARRIA Gonzalo
Margolaria Xiberoa / ETXECOPAR Mixel Musikaria Xiberoa ..............ETXELEKU Inaki Antzerkia B. Nafarroa / EZPONDA Txomin Bertsolaria Lapurdi
GARAT Maialen Euskal kulturzalea Lapurdi / GOAZ Taldea Antzerkia Gipuzkoa
GOIKOETXEA Arkaitz
Bertsolaria Gipuzkoa / GOYHENETCHE Manex Idazlea Lapurdi
GUILZU Luixa Euskal kulturzalea Lapurdi / GUIRESSE Battitta Su Azia Xiberoa
HARIGNORDOQUY Laka Bertsularia B. Nafarroa/HARIGNORDOQUY Maite Euskal kulturzalea B. Nafarroa
HARITSCHELHAR Jean Euskaltzaina - Idazlea Lapurdi / HEGUY Txomin Antzerkia Lapurdi
HIRIGOYEN Lilian Euskal kulturzalea Lapurdi / IDIART Roger Idazlea Lapurdi
LABOA Mikel Kantaria Gipuzkoa / LARRALDE Enaut kantaria B. Nafarroa.................. LARRANDABURU Mertxe
Mendizalea Xiberoa / LARRANDABURU Robert Mendizalea Xiberoa
LARRE Emile
Euskaltzaina - Idazlea B. Nafarroa / LARREBURU Jama Musikaria Lapurdi
LARRONDE Txomin Kantaria Lapurdi / LERTXUNDI Benito
Kantaria Gipuzkoa
LOPEZ ADAN Emilio Idazlea Lapurdi / LUJANBIO Maialen Bertsularia Gipuzkoa
LUKU Antton Idazlea B. Nafarroa / LUKU Mikele Euskal kulturzalea Lapurdi
MAIA Jon Bertsularia Gipuzkoa / MARKEZ IBARGUREN Mikel Kantaria Gipuzkoa
MATEO Alain
Bertsularien Lagunak elkartea B. Nafarroa / MAYTE Philippe Antzerkia B. Nafarroa
MENDIGUREN Inaki Hitzultzailea Gipuzkoa / MERCAPIDE Maixan Euskal Konfederazioa B. Nafarroa
MIHURA Fermin Bertsolaria Lapurdi / MINABERRY Marie Jeanne Idazlea Lapurdi
MOUNOLE Céline Kantaria Lapurdi / MUGURUZA Fermin Kantaria Gipuzkoa
MURUA BERRA Xumai Bertsolaria Lapurdi/OLAIZOLA LAZKANO Jesus Mari Euskal kulturzalea Gipuzkoa
ORMAZABAL Joxan Euskal kulturzalea Gipuzkoa / ORONOS Mixel Idazlea B. Nafarroa
OSPITAL Peio Kantaria Lapurdi / OSTOLAZA LERTXUNDI Joxe Mari Kantaria Lapurdi
OTAMENDI Martxelo Euskaldunon Egunkaria Gipuzkoa / OXANDABARATZ Menane Antzerkia B. Nafarroa
OYHARZABAL Benat Euskaltzaina - Idazlea Lapurdi / PAGOLA Manex Kantu egilea Lapurdi
PEILLEN Txomin Euskaltzaina - Idazlea Xiberoa /RENTERIA Txato Bertsularia Lapurdi
ROBLES ARANGIZ Irkus Margolaria Lapurdi / ROBLES ARANGIZ Ugutz kondalaria Lapurdi
SALABERRI Kattalin Antzerkia B. Nafarroa / SARASUA Aitor Bertsularia Lapurdi
SKUNK Taldea Kantaria Lapurdi / SOROZABAL Jokin Bertsularia Gipuzkoa
SU AZIA elkartea Kultur elkartea Xiberoa / URMENETA Asisko Marrazkilaria Nafarroa
URRUTY Janine Antzerkia Lapurdi / VIDEGAIN Xarles Euskaltzaina - Idazlea Lapurdi
ZAMORA Auxtin Olerkaria Lapurdi / ZUBELDIA GAZTANAGA Jose Antonio Euskal kulturzalea Gipuzkoa
ZUGASTI Olatz Kantaria Gipuzkoa / SUSPERREGI Manuel eskultorea Lapurdi
MARTICORENA Erramun kantaria B. Nafarroa / MARTICORENA Patricia euskal kulturzalea B. Nafarroa

Liste de soutien des journalistes

AIZPURU Jose Luis, Euskal Irratiak / ARBELBIDE Nora, Euskadunon Egunkaria............. ARGAIN Bernadette, Irulegiko Irratia / AROTZENA Kristof, Irulegiko Irratia
ARRANBIDE Pantxika, Irulegiko Irratia / ARRIETA Ihintza, Gure Irratia
BARNEIX Jone, Irulegiko Irratia / BERGARA Pantxo " Xabaltx", Gure Irratia
BIDART Jojo, Irulegiko Irratia / BIDEGAIN Eneko, Euskaldunon Egunkaria
ETCHAGARAY Etxe, Irulegiko Irratia / ETCHEVERRY Maddi, Gure Irratia
ETXEBARRIA Mikel, Gure Irratia / ETXELEKU Inaki, Gure Irratia
ETXEZAHARRETA Lucien, Gure Irratia / GOROSTIAGA Naroa, Euskal Irratiak
HALSOUET J. Marc " Xano ", Gure Irratia / HERNAN Agux, Gure Irratia
HIRIGARAY Pantzo, Irulegiko Irratia / INDABARU Kattalin, Irulegiko Irratia
LARZABAL Mattin, Gure Irratia / MADINA Itziar, Irulegiko Irratia
MERCAPIDE Panpi, Irulegiko Irratia / OLAIZOLA Panpi, Euskal Irratiak
RENTERIA Aitor, Euskaldunon Egunkaria / SARHY Peio, Gure Irratia

 

14 décembre 2002 SNCF coupable de non assistance à langue en danger !


Cela fait deux ans que nous demandons à la SNCF :
- De rendre bilingue la signalétique des gares du Pays Basque
- D'émettre en bilingue les messages des hauts-parleurs des gares
- De mettre en route un plan de développement de l'usage oral de la langue basque dans les guichets
- De développer le bilinguisme dans les plaquettes horaires régionales.

Ces revendications sont facilement réalisables par la SNCF et constituent le minimum vital dont la langue basque a besoin.
Mais la SNCF nous répond par les condamnations des juges et le gaz de la police !

Mardi 17 décembre à 14h au tribunal de Bayonne, tous et toutes au procès pour soutenir les Démo.

Récit de l'action : A 10h30 ce matin, nous sommes montés à huit Démo sur le toit de la gare de Bayonne avec des instruments de musique et une immense banderole (15X5m) avec les inscriptions " SOS la langue basque, tous au procès du 17 décembre " ainsi que deux autres banderoles avec les inscriptions " la langue basque en danger, SNCF coupable ". Nous sommes restés deux heures sur place et nous avons animés les abords de la gare jusqu'à l'évacuation par la grandre grue des pompiers. Après vérification d'identité au commissariat, nous avons été libérés.


jeudi 7 novembre 2002

Procés de 2 DEMO et de 2 membres de ZUZEN au tribunal de Bayonne.2h00

 

LACRYMO POUR LES DEMO,

POUR L'EUSKARA ZERO

Le syndicat des Avocats de France condamne les "brutalités policières" lors du procès des Démo

Conséquence pratique de cette dénonciation, la section bayonnaise du SAF invite les personnes qui ont pu souffrir des suites du gazage et de la cohue qui s'en est suivie, à porter plainte.

voir dossier S.N.C.F.

rubrique détente:


RAPPEL: 14-10-2002
Suite à l'arrestation de 4 militants de Démo et Zuzen (le 13-10-2002) nous dénonçons, le maintien en garde à vue des 4 militants ayant participé à une action non-violante en faveur de l'euskara, hier en gare de Bayonne.
OFFICIALISATION DE LA LANGUE BASQUE , MAINTENANT !

 

 

LES JOURNÉES DE LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE 2002